Le microcosme politique (poème)

Ce microcosme, éminemment étrange,
Car issu de contradictoires mélanges,
Aussi bien par son contenu et ses lois
Que par ses codes, ses modes et ses rites,
Nourrit autant la fougue du néophyte,
Que la prudence du sage, parfois en émoi.

Il est alimenté par le goût du pouvoir
Que nourrit la fragilité narcissique,
Soubassement du profil psychologique
Auquel le jugement d’autrui sert d’abreuvoir.

Champ d’interminables et rudes batailles,
Avec pour sève l’égo surdimensionné,
Menant à prendre en compte tous les détails,
Évitant pour guide la seule morale,
Avec des acteurs toujours conditionnés,
Prompts à allier le cruel au normal,
Pourvues que soient assouvies des ambitions,
Masque imparfait d’enfouies prétentions.

Objet de constantes interrogations,
Humus d’aphorismes du rhétoricien,
Soumis au diktat et au joug de l’histoire,
Guidé autant par la conquête du pouvoir
Que par son exercice et son maintien,
Révélateur autant d’ambitions cachées
Que de talents et d’aptitudes recherchées,
Il intrigue les partisans de la raison,
Met en érection le génie des savants,
Pour détourner de leur cours les évènements.

Il est tout aussi fascinant que déroutant,
Alliant les contrastes et les contraires,
Mettant en harmonie des complémentaires,
Pour former un ensemble constamment mouvant,
Fait de mots et de concepts polysémiques,
Régis autant par l’instinct que par la raison,
Avec pour quintessence des allusions
Aussi aléatoires que dynamiques.

Il fait appel tant à l’imagination,
Source de ruse et d’adaptabilité,
A alimenter et à tenir en éveil,
Qu’à la routine et à la ténacité,
Facteurs et conditions d’intégration,
Et rempart du rejet du neuf par le pareil.

Domaine où l’incapable du minimum,
Est convaincu d’être apte du maximum,
Où la conjugaison du conditionnel,
Gîte de l’esprit que sape l’inaction,
Et dont les ténors tirent leur virginité
Est préférée à celle de l’indicatif
Mode d’expression de l’homme d’action
Qui, toujours tenace, parfois dubitatif,
Sacrifie l’accessoire à l’essentiel
Avec le bien commun pour finalité.

L’accès à un poste dans le microcosme
Peut induire euphorie et enthousiasme,
Ainsi que d’inimaginables fantasmes
Comme si l’on régentait le macrocosme.
La horde de conseillers auto-proclamés,
Aux antécédents exempts d’exemplarité,
Issus d’une génération spontanée,
Défile sans cesse à longueur de journée
Au nom d’une supposée solidarité
Aussi intéressée qu’ardemment enflammée.

L’alliage de la ruse à la force
Fonde invariablement les actions,
Tout comme l’assemblage de divers profils,
Qu’ils soient compatibles ou antinomiques,
Mais dotés chacun d’un rôle spécifique,
D’impact mutant dans le temps et dans l’espace,
Dont le chef est seul à ne pas perdre le fil,
Et l’Éternel le sachant des intentions.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.