Discours prononcé le 24 septembre 2020 à l’occasion de la cérémonie de réception provisoire du laboratoire de l’aérogare Lomé

Nous voici réunis à cet instant pour la réception d’un outil au rôle inégalé dans la lutte engagée par notre pays contre la COVID-19. Nos cœurs battent à l’unisson, mus que nous sommes tous par le sacro-saint principe de l’harmonie :

Harmonie entre ciel et terre, d’abord avec l’astrologie puis l’astronomie, illustrée depuis plus d’un siècle par l’une des plus magiques inventions qui assure la liaison entre différents continents en quelques heures, j’ai parlé de l’appareil volant et imitant l’oiseau naturel, en abrégé l’avion ;

Harmonie entre contenant et contenu, le contenant étant issu de la réhabilitation et de l’aménagement qui ont permis de soustraire cet édifice de la tyrannie de l’espace ; et le contenu en lien avec ce laboratoire de haute qualité permettant la détection de la COVID-19 et des maladies apparentées ; se trouvent ainsi alliés le beau et le bon, le premier étant un bijou, le second étant un trésor : Napoléon apprécierait ;

Harmonie entre raison et imagination, à l’origine de l’utilisation faite de notre ancienne aérogare, devenue, fait aussi exceptionnel qu’opérationnel, site d’un laboratoire dédié au dépistage d’une maladie dont la propagation  planétaire est favorisée par les déplacements internationaux ;

Harmonie entre  hasard et nécessité, le hasard étant fait de données imprévisibles et entrelacées dont la conjugaison est source de maladies nouvelles, telle la COVID-19,  avec la nécessité d’y faire face pour assurer vie et survie à nos populations ;

Harmonie entre le temps et l’espace, la promptitude et l’anticipation du Chef de l’Etat ayant pris en compte la vitesse de propagation du virus ; Louis Pasteur, père fondateur de la médecine des microbes, et pour qui le microbe n’est rien, mais le terrain est tout, en serait ravi ;

Harmonie entre mesures restrictives visant à endiguer la pandémie et soulagement des populations, en proie aux  conséquences économiques de celle-ci, préoccupation constante de la médecine, guidée par l’impératif de causer le moins de nuisance possible dans toute démarche préventive ou curative ;

Harmonie entre ressources humaines et ressources matérielles, notre pays pouvant se prévaloir d’un parterre de biologistes de qualité, brisant les conflits générationnels, et susceptibles de mettre son expertise au service d’un usage efficient de ce laboratoire ;

Harmonie entre rigueur et souplesse, entre besoins et affectations des ressources, entre engagements initiaux et ajustements,  d’impérieux  besoins corrigeant la trajectoire initialement dévolue aux ressources, donnant constamment un visage humain aux liens de notre pays avec ses partenaires, en l’occurrence la Banque Mondiale, à travers un savant mariage entre le cœur et le cerveau.

Le puzzle de ces harmonies sert de socle à la politique que mène le Chef de l’Etat, avec une gouvernance visant à augmenter le bonheur national brut, et reposant sur les quatre C, piliers auxquels ont constamment recouru les plus grands hommes d’État, tel qu’exposé par le Général de Villiers, à savoir : concevoir, convaincre, conduire et contrôler.

Je vous remercie de votre bienveillante attention.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.