Discours prononcé le 02 août 2016 à l’occasion du lancement officiel du processus d’élaboration du Plan National de Développement Sanitaire 2016-2022

Le souci de planifier relève d’une caractéristique spécifique de l’espèce humaine, née de notre faculté de prédire, de prévoir et d’anticiper. La prise en compte du passé et du présent permet d’entrevoir  l’avenir auquel on tente d’élaborer un canevas destiné à peser sur le cours des évènements. Telle est l’essence de la planification. Les Sumériens, de leur Mésopotamie natale, l’ont bien comprise, à travers l’invention de l’Ecriture, faisant passer l’humanité de la Préhistoire à l’Histoire. Les Egyptiens l’ont mise en œuvre, à travers deux des  sept merveilles du monde, les Pyramides et le Phare d’Alexandrie. Les Grecs et les Romains en ont fait leur guide, à travers l’élaboration d’outils servant de socle à l’Etat et à la République.

Ce souci de planification, indispensable à toute œuvre, à tout projet, doit, pour être efficace, allier détermination, volonté et flexibilité, ce qui permet de ne pas confondre rigueur et rigidité. Voilà pourquoi, le Gouvernement Togolais, dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale de santé, adoptée en 2011, a élaboré un plan de développement sanitaire de trois ans, déroulé en plans d’action annuels. Une évaluation finale s’imposait, une fois ce plan arrivé à terme, afin d’en orienter un autre pour les six prochaines années, dans le cadre des ODD, en phase avec l’empreinte sociale affectée par le Chef de l’Etat à son présent mandat.

L’évaluation du plan en cours d’achèvement fait état de certaines avancées relatives à la santé de l’enfant et du nouveau-né, à la lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme. Des efforts sont encore à faire dans le registre de la santé maternelle, la prévention des maladies non transmissibles, et le renforcement de notre système de santé. De l’analyse de ce plan, il ressort qu’il s’est soldé par l’obtention d’une médaille d’argent, prélude à la médaille d’or, objectif qu’il convient d’affecter au plan 2016-2022. Cette médaille d’or sera la résultante d’un renforcement des acquis, notamment de l’objectif 3 des ODD, d’une consolidation de la lutte contre les maladies tant transmissibles que non transmissibles, d’une promotion de l’équité tant dans l’accessibilité géographique que dans l’accessibilité financière des soins, et d’un réel amarrage entre les secteurs public et privé, pour qu’ils agissent en duo et  non en duel.

L’approche génératrice d’une telle démarche, sera menée en synergie nos partenaires, dont il me plait de saluer ici les actions diverses, multiformes et déterminantes. Cette approche et cette démarche s’intégreront dans la politique globale de lutte contre la pauvreté, prônée par le Chef de l’Etat, conscient qu’il est :

  • A l’instar d’Houphouët-Boigny, que l’homme assujetti aux contingences immédiates est incapable de s’élever et de se comporter en être pensant ;
  • A l’instar des sages Malinké, que le savoir et le savoir-faire non partagés font le lit de l’injustice sociale ;
  • A l’instar de Mandela, de l’absolue nécessité d’allier vision et action, en vue de transformer le monde, car l’action non précédée de vision est improductive, et la vision non suivie d’action n’est qu’un rêve.

Sur ce, je déclare officiellement lancé, le processus d’élaboration du plan national de développement sanitaire 2016-2022.

Je vous remercie de votre aimable attention.

 

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.